À propos de Bibliothèques accessibles

Le Centre de ressources pour l’accessibilité des bibliothèques publiques (CRAPB) est un projet collaboratif codirigé par le Centre d’accès équitable aux bibliothèques (CAÉB) et le Réseau national de services équitables de bibliothèque (RNSEB) en partenariat avec eBOUND.

Nous tenons à remercier notre bailleur de fonds, le ministère du Patrimoine canadien du gouvernement du Canada, par l’intermédiaire du Fonds du livre du Canada. Ce projet ne serait pas possible sans ce soutien.

Notre objectif est de créer un site Web de ressources consolidées sur l’accessibilité des bibliothèques à l’échelle nationale axé sur la sensibilisation et la formation du personnel de bibliothèque afin qu’il comprenne l’importance de l’accessibilité des livres numériques et les interfaces utilisées pour les chercher.

Ce site Web offre des ressources sur l’accessibilité et de formation afin d’assurer que les bibliothèques publiques incluent l’accessibilité dans tous les aspects de leur flux de travail, y compris l’approvisionnement et les acquisitions, le catalogage, la formation et la sensibilisation du personnel, les technologies de l’information, les services communautaires et à domicile, ainsi que les services publics destinés aux usagers.

Ressources sur l’accessibilité

Les ressources sur l’accessibilité renvoient à des sites Web externes reconnus qui fournissent des renseignements fiables sur l’accessibilité. Elles comprennent des lignes directrices et des pratiques exemplaires qui aideront les bibliothèques à créer un environnement accessible et à servir les personnes en situation de handicap.

Les ressources sont classées par sujet et par rôle en bibliothèque afin que vous puissiez rapidement trouver les renseignements qui vous seront le plus utiles. Les catégories évoluent de façon continue, donc si vous croyez que nous en avons oublié une, n’hésitez pas à communiquer avec nous!

Pour assurer que les ressources du site Web sont de bonne qualité, elles ont été analysées par une matrice d’évaluation qui a été conçue pour les évaluer de façon objective. Il est alors plus facile de les trier et de trouver les meilleures pour un sujet donné.

La matrice comporte huit critères notés sur une échelle de 1 à 4, ce qui permet aux ressources d’obtenir une note totale de 32. Les options de la matrice comprennent :

  • La date de création
  • La pertinence locale
  • La pertinence en bibliothèque
  • Le coût
  • L’autorité
  • L’exactitude
  • Le but
  • La technicalité et la lisibilité

Si une ressource sur l’accessibilité est offerte sur le site Web, elle a été soumise à cette matrice et a obtenu une note de 20 ou plus. D’autres ressources sur l’accessibilité seront ajoutées au site Web à mesure qu’il évolue.

Ressources de formation

Les ressources de formation offertes sur le site Web ont été élaborées dans le cadre de recherches et de consultations avec des bibliothécaires. À l’heure actuelle, elles présentent des renseignements généraux sur l’accessibilité, fournissant ainsi une base solide sur laquelle le personnel des bibliothèques publiques peut s’appuyer. Nous les appelons « Accessibilité 101. » Il s’agit de ressources spécialisées sur l’accessibilité en bibliothèque créées par des personnes ayant des difficultés à lire les documents imprimés.

Le guide de formation « Accessibilité 101 » comporte bon nombre de ressources de formation, notamment des renseignements généraux sur l’accessibilité et les situations de handicap. Le personnel des bibliothèques publiques y apprend les petits pas qu’il peut faire pour rendre leur bibliothèque plus accessible. D’autres ressources de formation seront ajoutées au site Web à mesure que le projet évolue.

Langue du site web

La terminologie et les définitions utilisées dans l’ensemble du site Web peuvent être consultées dans cette section si/quand cela est nécessaire

Comme indiqué dans le projet de recherche sur l’édition accessible de l’Association of Canadian Publishers et al. (2020), deux types de langage sont souvent utilisés :

  • le langage centré sur la personne,
  • et le langage centré sur l’identité.

Le langage de la personne d’abord place la personne avant le handicap et met l’accent sur son humanité et son individualité avant de spécifier son handicap (par exemple, les personnes incapables de lire les imprimés). En revanche, le langage centré sur l’identité définit les personnes par leur handicap en plaçant le handicap avant elles (par exemple, les personnes incapables de lire les imprimés). Ce langage déshumanise certaines personnes, mais il est important de noter que de nombreuses personnes considèrent leur handicap comme une partie positive de leur identité et préfèrent le langage de l’identité première pour souligner leur appartenance à un groupe de personnes handicapées particulier. Nous respectons les décisions de tous les groupes quant au type de langage qu’ils préfèrent. Toutefois, pour ce site Web, nous avons choisi d’utiliser le langage de la personne d’abord (également utilisé par le gouvernement du Canada).

Informations sur les licences

Le contenu de ce site Web est produit par l’équipe du Public Library Resources Centre (PLARC). Tous les documents originaux de l’ERAF sont soumis à la licence Attribution – Partage dans les Mêmes Conditions.